M. François Delattre, nouvel Ambassadeur de France au Canada

Présentation de lettres de créance à la Citadelle de Québec

Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, a reçu les lettres de créance du nouvel ambassadeur désigné de la République française, monsieur François Delattre, le jeudi 26 juin, à Québec.

JPEG

Crédit photo : MCpl Serge Gouin, Rideau Hall
Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean et M. François Delattre, Ambassadeur de France au Canada

Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean
Discours à l’occasion de la présentation des lettres de créance et de commission (Gabon, Cameroun, République fédérale du Nigéria et République française)

La Citadelle, le jeudi 26 juin 2008

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

Il est plutôt rare que la cérémonie de présentation des lettres de créance et de commission se déroule à la seconde résidence officielle du gouverneur général à la Citadelle de Québec.

C’est avec plaisir que je vous y accueille ce matin, d’autant que nous célébrons cette année le 400e anniversaire de la fondation de la très belle ville de Québec.

Située sur le Cap Diamant, à l’endroit où le majestueux fleuve Saint-Laurent se rétrécit, comme le rappelle la signification amérindienne du mot Québec, la Citadelle est la seule fortification militaire qui demeure intacte en Amérique du Nord.

C’est un joyau du site historique de Québec, lui-même inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Entre ces murs ont été écrites quelques-unes des pages décisives de l’histoire de notre pays, et j’espère que vous profiterez de votre passage ici pour découvrir cette fortification et les charmes d’une ville magnifique, au confluent de l’Europe et de l’Amérique.

Il était tout à fait opportun que nous tenions cette cérémonie ici même, à Québec, alors que s’amorcent les festivités. La belle coïncidence est que trois de vos pays — la France, le Gabon et le Cameroun — ont en partage avec le Québec et le Canada la langue et la culture françaises, un héritage dont nous sommes extrêmement fiers.

Or, le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec se veut pour nous l’occasion de souligner quatre cents ans de présence française en Amérique.

Quatre cents ans d’entêtement, d’enracinement et de rayonnement, sous le signe de la rencontre entre des peuples, des civilisations, des cultures, des langues que l’histoire a fait se croiser.

Et c’est sous ce même signe de la rencontre que nous nous retrouvons aujourd’hui rassemblés en ce lieu.

En mai dernier, j’ai effectué une visite officielle en France dans la foulée du 400e anniversaire. Ce fut une occasion unique de célébrer l’histoire que le Canada et la France ont en commun et la profondeur de nos liens, de part et d’autre de l’Atlantique.

C’est avec joie que nous nous préparons à accueillir dans quelques jours le premier ministre de la France, François Fillon.

Monsieur l’Ambassadeur Delattre, je tiens à souligner le rôle actif que votre prédécesseur, M. Jouanneau, a joué afin d’approfondir l’amitié qui lie nos deux pays.

Et à dire, par la même occasion, ma conviction que sous votre gouverne, nos relations connaîtront un nouvel élan. Permettez que je vous offre tous mes vœux de succès.

Sachez également que le Canada se fait une joie de recevoir les délégations de la France, du Gabon et du Cameroun au Sommet de la Francophonie qui se tiendra ici même, à Québec, en octobre prochain.

Échanges, partenariats, fraternité, voilà l’esprit dans lequel les pays membres et observateurs de la Francophonie avanceront ensemble en vue d’atteindre leurs objectifs communs.

Je suis particulièrement heureuse d’accueillir ce matin trois pays africains avec lesquels le Canada entretient des relations de longue date.

En 2006, je me suis rendue au cœur du continent africain, un continent dont l’histoire rejoint la mienne et s’inscrit au plus profond de ma mémoire.

Depuis des décennies, le Canada appuie les efforts que déploie l’Afrique en matière de développement, de bonne gouvernance, de paix et de sécurité.

C’est main dans la main que le Canada et l’Afrique ont cheminé ensemble, et j’ai été tellement ravie de pouvoir constater, durant mes visites d’État, les succès et la promesse que représente ce partenariat de longue date en diplomatie humaine.

Toutes les promesses que recèle l’Afrique — et elles sont nombreuses — s’incarnent dans les gestes des femmes et des hommes que j’ai rencontrés.

Des femmes et des hommes de tous les milieux, de la société civile à la classe dirigeante, qui font face aux défis auxquelles leurs sociétés sont confrontées avec courage, conviction et dignité.

C’est le cas des populations du Gabon, du Cameroun et du Nigéria, trois pays qui représentent bien la riche diversité de l’Afrique et dont vous êtes les représentants et les porte-parole au Canada.

Je tiens à saluer plus particulièrement le leadership qu’exerce le Nigéria en vue d’assurer la sécurité dans la région, notamment au Darfour.

Nous sommes reconnaissants de la contribution de votre pays aux missions de paix. Et c’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la mort de plusieurs de vos soldats survenue alors qu’ils revenaient du Darfour.

Vous savez, plus je voyage ici et à l’étranger et plus il m’apparaît que notre plus grande responsabilité est de miser sur les valeurs que nous avons en partage, plutôt que sur les frontières qui nous séparent.

L’horizon de nos vies, qui s’est longtemps limité au village, à la région, au pays, s’est élargi aux dimensions du monde et appelle à une plus grande solidarité et à davantage de coopération.

C’est l’invitation que je vous lance aujourd’hui. Celle de multiplier les occasions de rapprochement et de partenariat.

Vous pouvez compter d’ores et déjà sur l’amitié et l’appui des Canadiennes et des Canadiens à cet égard.

Je vous encourage donc à profiter de l’occasion pour aller à leur rencontre. Vous découvrirez un peuple ouvert qui partage vos espoirs de paix, de liberté et de prospérité.

Vous constaterez notamment que le Canada contient le monde. Et que cette diversité est pour nous synonyme de richesse et de possibilités.

Vous verrez que la primauté du droit, le respect de la dignité humaine, l’égalité de la femme et de l’homme, la liberté de dire et la responsabilité d’agir, la bonne gouvernance, le développement durable sont autant de valeurs que nous nous attachons à promouvoir, ici et au-delà de nos frontières, et qui sont indissociables du sens que nous donnons à notre citoyenneté et au rôle que nous voulons jouer dans le monde.

Poursuivre le dialogue, resserrer nos liens, unir nos forces : voilà ce à quoi nous devrons nous employer tout au long de votre mandat, forts de l’amitié qui nous unit.

Je crois profondément en une diplomatie à l’échelle humaine. À l’amitié, donc, au partage et à la solidarité !

(Source : Site de la Gouverneure générale du Canada)
_

Dernière modification : 18/12/2017

Haut de page