Août 2008 : Vincent Martin [en]

JPEG
Le gentilhomme des Mines
Par Corinne Cécilia

Vincent Martin, industriel français spécialisé en nucléaire, est un homme de pouvoir atypique. N’exhibant pas de signes extérieurs de richesse, il ne se repose pas sur ses lauriers ; il aime aller dans les tranchées, explorer de nouveaux territoires.

Lorsqu’il était basé dans le sud de la France, près de Montpellier, cet ingénieur minier coulait des jours heureux, menant à bon train une carrière à la COGEMA (le prédécesseur du Groupe AREVA) et profitant de ce climat méditerranéen si enviable ! Puis, bien décidé à relever de nouveaux défis professionnels, il s’expatrie en 1994 vers les plaines boréales du Canada, ayant accepté un poste au sein d’Areva Resources Canada Inc., une filiale du Groupe AREVA. Il pensait y rester 3-4 ans et rentrer. Au lieu de cela, il gravira tous les échelons, saisissant les nouvelles opportunités qui se présentent à lui, jusqu’à devenir l’actuel Président Directeur Général de l’entreprise.

Mais c’est bien avant que Vincent avait pris goût au voyage. Après avoir obtenu son diplôme de l’École Nationale Supérieure des Mines de Paris, établissement prestigieux qui forme les ingénieurs en France (http://www.ensmp.fr), il s’engage dans le programme de coopération au développement de l’armée française. Pendant deux ans, il enseigne à l’école d’ingénierie de Bamako, au Mali. Il s’en souvient : “Mon expérience de travail en Afrique de l’Ouest a suscité en moi le désir de vivre à l’étranger”. Fait heureux, son épouse partage ses envie de carrière internationale ayant elle-même étudié au Québec auparavant. Et c’est ainsi qu’ils s’installent en Saskatchewan en plein hiver, avec deux jeunes enfants âgés de 2 et 4 ans, et sans nul doute munis d’une belle capacité d’adaptation. Vincent en garde un vif souvenir : “La température approchait moins 40° lorsque nous sommes arrivés. Venant du sud de la France, la transition n’était pas évidente ! Mais nous avons appris à apprécier ce climat sec et ensoleillé”. Comme beaucoup de nouveaux arrivants français qui résident dans cette province, les Martins se sont installés à Saskatoon.

Depuis, Vincent explore abondamment les régions nordiques de la Saskatchewan ; il intensifie les opérations de l’entreprise, crée de nouveaux partenariats et s’attèle à améliorer l’image de l’industrie minière dans les plaines du Midwest. C’est sous sa direction qu’Areva Resources Canada est devenu un des leaders mondiaux dans les domaines de l’exploration de l’uranium, l’exploitation minière et la concentration de minerai. Visionnaire, Vincent a relevé ces défis tout en mettant en œuvre, progressivement, des politiques de sécurité et de protection de l’environnement. “Nous venons de dépenser 60 millions de dollars pour restaurer une mine qui a été fermée. Nous sommes fiers de démontrer qu’une fois que nous avons complété le processus minier et que nous quittons un site, nous pouvons rendre la terre à son utilisation antérieure ; il est important de montrer que l’exploitation minière n’est qu’une activité transitoire”. AREVA Resources Canada a d’ailleurs été le premier producteur d’uranium nord-américain à satisfaire aux normes ISO 14001 de gestion environnementale.

Conscient des appréhensions que les populations locales pourraient avoir concernant l’énergie nucléaire, Vincent Martin ne ménage pas ses efforts pour communiquer, pour éduquer, et pour améliorer les relations avec les diverses parties, y compris les agences gouvernementales, les groupes d’intérêt économiques, les organismes de protection de l’environnement et le grand public. Afin de mieux comprendre et de coopérer avec les Première Nations, en particulier les communautés qui vivent le plus au nord de la Saskatchewan, là où se trouvent les mines, Vincent a recruté un ancien Chef autochtone qui contribue à surmonter les barrières de communication et facilite les relations inter-culturelles.

Pourtant, notre gentilhomme des mines n’a pas encore atteint la dernière frontière ; alors que l’entreprise grandit de façon exponentielle, Vincent Martin dirige actuellement des missions pour explorer le Nunavut ! Et lorsqu’on lui demande s’il prévoit de rentrer un jour en Europe, il répond en souriant « Je me dis toujours que je rentrerai après 3-4 ans… et cela fait 14 ans que ça dure ! On ne peut pas dire de quoi l’avenir sera fait ! »

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter
http://www.arevaresources.com/contact/index.html

Dernière modification : 31/07/2008

Haut de page