Octobre 2008 : Yoann Talhouarne [en]

Yoann Talhouarne

Spécialiste en audiovisuel et bénévole au Festival du Film Européen « Eh ! U Meet The Europeans »
Propos recueillis par Corinne Cécilia et traduits par Julien Tran

JPEG

Bonjour Yoann, et merci de prendre le temps de nous parler ! Est-ce la première fois que vous faites du bénévolat pour le Festival du Film Européen de Toronto (Eh ! U) ?

En effet, c’est la première fois que je suis bénévole pour Eh ! U. Cependant, je suis allé au festival l’an dernier et j’ai vraiment apprécié cette possibilité de voir de très bons films européens.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre rôle en tant que bénévole pour Eh ! U ? Comment vous êtes-vous impliqué ? Quelle était votre motivation ? Quelles sont vos responsabilités ?

Il y a quelques mois, Pervenche Beurier, Chargée de mission pour l’audiovisuel au Consulat de France, m’a contacté pour savoir si j’étais intéressé par l’organisation du 4ème Festival Eh ! U. Je n’ai pas hésité, j’étais très enthousiaste (et flatté) : cela fait 18 mois que je vis et travaille à Toronto dans l’industrie audiovisuelle et j’ai besoin de rester en contact avec l’Europe, la France en particulier ; donc être bénévole pour Eh ! U me semblait être une belle opportunité. Ces deux derniers mois, j’ai contacté les différents consulats européens et rassemblé toutes les informations sur tous les films présentés au festival. A l’approche de l’ouverture du festival, j’aurai de nouvelles tâches, y compris organiser le transport des copies.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans votre engagement pour le festival de film européen ?

J’aime beaucoup travailler avec tous les consulats – l’idée que malgré les différences de langues et de cultures, nous travaillons tous sur le même projet, ce qui est la raison d’être de l’Union Européenne.

Aviez-vous d’autres expériences en tant que bénévole au Canada ou en France ?

Je m’étais déjà porté volontaire dans quelques festivals de film en France (le FIPA à Biarritz) et au Canada (OzFlix, le festival du film australien). J’ai beaucoup appris sur la préparation, le déroulement d’un festival et sur la période suivant sa fermeture.

Depuis combien de temps êtes-vous impliqué dans le cinéma (ou les festivals de films) ? Avez-vous un intérêt pour la réalisation ?

En fait, ma spécialité est la diffusion audiovisuelle. Cependant nous avons besoin de beaucoup de contenu et depuis mon premier stage à NBC Universal en France, en juillet 2006, jusqu’à mon emploi actuel, j’ai eu la chance d’aller à beaucoup de festivals de film (incluant le TIFF et l’Atlantic Film Festival à Halifax), surtout quand je travaillais dans l’industrie des court-métrages et des documentaires. Je m’intéresse plus à la production qu’à la réalisation mais je suis toujours ouvert à de nouvelles expériences.

Vous avez été un collaborateur majeur dans la phase de recherche conduite pour chaque film qui sera présenté pendant les deux semaines du festival « Eh ! U Meet The Europeans » (du 16 au 30 novembre 2008). Quels sont vos films préférés ?

Nous présentons un programme de qualité, avec beaucoup de genres différents… J’attends avec impatience de voir Entre les murs, mais j’attends également de découvrir Warden of the Dead (Bulgarie) et Simon (Pays-Bas).

Que pouvez-vous nous dire sur la sélection officielle des films : selon vous, qu’est-ce qui est unique, intéressant, ou bien en rapport avec le public varié de Toronto ?

Le festival Eh !U est empreint des problématiques de l’Europe – déclinées au passé, au présent, mais aussi au futur. De la Seconde Guerre Mondiale jusqu’aux débats actuels (immigration, éducation, sexualité), le festival Eh !U est une occasion unique d’observer les évolutions récentes et les dernières tendances en Europe ; cela permet aussi de rappeler au public que l’Europe produit d’excellents films !

Et si vous nous parliez un peu de votre quotidien… Que vous évoque, spontanément, votre vie à Toronto ?

Je suis arrivé à Toronto en mars 2007 pour faire un stage dans une chaîne TV, pour améliorer mon anglais et en apprendre plus sur l’industrie audiovisuelle. Après mon diplôme, j’y suis retourné et j’ai travaillé pour différent festivals de film et d’autres chaînes TV jusqu’à ce que je sois embauché par CBC en tant qu’expert en contrats. J’ai vraiment apprécié la flexibilité, les opportunités que Toronto offre. Je n’ai pas eu besoin de beaucoup de temps pour me sentir chez moi : j’adore l’aspect cosmopolite, l’énergie de la ville (en particulier durant le TIFF).

Vous devez être très pris par votre métier dans le milieu audiovisuel. Comment combinez-vous le travail, le bénévolat, les loisirs et la vie de famille ?

Et bien, ce n’est pas facile tous les jours, mais je dirais que j’essaie d’équilibrer ma vie. J’essaie au possible de faire du sport chaque semaine et de me laisser assez de temps pour aller au cinéma ou suivre les dernières séries TV. Être bénévole est une bonne addition à mon travail qui concerne des aspects plus abstraits de l’industrie ; tandis que Eh !U donne l’occasion de travailler avec des gens qui n’ont pas forcément le même parcours, mais partagent la même passion – c’est une récréation ! Aussi, j’aime beaucoup l’ambiance : stimulante et conviviale.

Pourquoi est-ce important pour vous de soutenir le 4ème Festival du Film Européen de Toronto en mettant à contribution votre temps et vos compétences ?

Avec la crise économique actuelle, la Culture est toujours la première à subir des coupes, et il est très important de promouvoir ce grand art qu’est le Cinéma. De plus, grâce au développement d’une « culture du monde », je pense qu’il est nécessaire de soutenir les initiatives locales, en particulier parce que je vis en Amérique du Nord. A mon avis, l’Europe est souvent sous-représentée à Toronto, et le festival est une grande occasion de montrer que nous aussi, nous formons une communauté.

Quelles sont, actuellement, vos autres occupations et passions ?

J’attends l’hiver avec impatience pour pouvoir faire du ski de fond. J’aime beaucoup visiter le nord de l’Ontario pour camper, faire du canoë. Si je peux, j’aimerais aller au Yukon, une province qui représente pour moi le « vrai Canada » avec ses grands espaces, sa nature sauvage et… pas de gratte-ciels !

Merci Yoann !

Pour plus d’informations sur le festival « Eh ! U Meet The Europeans », veuillez visiter :
http://www.eutorontofilmfest.ca/

Dernière modification : 08/10/2008

Haut de page