Janvier 2009 : Jean Boujonnier [en]

Janvier 2009 : Jean Boujonnier

JPEG
Jean Boujonnier est maître des écoles au Lycée Français de Toronto (www.lft.ca). Il est arrivé au Canada en août 2007 pour enseigner la langue française à des élèves de Cours Préparatoires (CP). Originaire de Picardie, ce grand jeune homme a toujours aimé flirter avec le nomadisme. Son diplôme de l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) en poche, il s’interroge sur les possibilités qui s’offrent à lui. « Pas très nombreuses » avoue-t-il volontairement. Adorateur de la verdure picarde, il ne s’enthousiasme guère à l’idée de côtoyer le béton et l’asphalte de la capitale. Les postes à plein temps en Picardie se font rares mais il se démène pour obtenir une classe d’intégration scolaire, à Hesdin dans le Pas de Calais. Jean passera deux ans à instruire et cultiver 12 enfants. Il accomplit pleinement cette mission et la volonté d’en découdre avec un nouveau challenge se fait alors ressentir.

« Mon frère aîné m’avait parlé du Volontariat International ». Depuis 2001, ce contrat remplace le service de coopération militaire et permet aux jeunes âgés de 18 à 28 ans de travailler à l’étranger pour une période d’un ou deux ans. Son désir de découvrir de nouvelles contrées et sa détermination à exercer son métier d’enseignant sont tous deux comblés. Le départ est imminent ! Il s’éclipsera deux ans en Finlande, où il enseignera au Lycée franco-finlandais d’Helsinki.

Enchanté par son expérience scandinave, il souhaite à la fin de son contrat revivre le même enthousiasme, la même exaltation. Les blanches étendues et le froid finlandais lui ont forgé un caractère robuste. Il leur en est reconnaissant et décide alors de poursuivre sa carrière dans un pays où le climat ne laisse pas indifférent.

Jean touche le sol canadien pour la première fois en juillet 2007 et rencontre ses nouveaux élèves en septembre. « Ils sont adorables et c’est un vrai plaisir pour moi de travailler avec eux ». Jean a très vite remarqué qu’il n’était pas le seul dans sa classe à avoir voyagé. « La plupart de mes élèves ont grandi dans un environnement franco-canadien et certains malgré leur jeune âge ont déjà séjourné dans un autre pays ». Fièrement, il assure que ses élèves sont très perspicaces et les excellents résultats du Lycée Français de Toronto semblent lui donner raison.

Jean est ici pour trois ans, peut être six. Et quand on lui demande où il ira après son escale torontoise, il esquisse un petit sourire et répond « où le vent me mènera ! ». Peut être le sait-il déjà…

***

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site du Lycée Français de Toronto : www.lft.ca

Dernière modification : 19/02/2009

Haut de page