Septembre 2009 : Jeanne Ridao [en]

JPEG

C’est sur les sentiers des collines jurassiennes que Jeanne Ridao aime à se promener. Elle retrouve dans ce département le visage d’une France qu’elle affectionne : « les grands espaces, l’abondance, l’authenticité ». Des caractéristiques également propres au Canada qui expliquent peut-être les raisons de son expatriation.

Jeanne est arrivée à Toronto en 1989 pour poursuivre ses études de littérature et de philosophie au College Glendon. Mais le monde du travail lui a précipitamment tendu les mains, l’enlevant ainsi à ses projets universitaires. Elle fait donc ses premiers pas dans la vie professionnelle torontoise et assimile sans peine la culture et les modes de fonctionnement locaux. Après plusieurs années passées au sein du Bureau des Editeurs du Conseil Législatif, elle repart temporairement pour la France, où elle suivra notamment des cours à l’Académie de Photographie de Paris et découvrira l’effervescence du milieu culturel parisien. « A l’époque le numérique n’existait pas encore ; ma formation est donc aujourd’hui partiellement obsolète », avoue-t-elle en souriant mais sans aucun regret.

Ce passage en France n’était qu’une étape et le retour au Canada une imminence. Elle est embauchée en tant qu’attachée de presse chez KOCH International, une maison de disque torontoise. Jeanne fait un bout de chemin dans l’industrie musicale. Elle organise des tournées, produit des spectacles et apporte sa touche créative dans la conception du matériel promotionnel. Le secteur culturel, toutes disciplines confondues, la fascine, elle s’y épanouit. Elle est aujourd’hui chargée de communication pour « Parkdale Liberty Economic Development Corporation », une association qui vise à remettre sur pieds les quartiers de Parkdale et Liberty : « Queen West a été complètement dévalorisé par la construction de l’autoroute. Le lac a été arraché à ses résidents, les éloignant de l’un des plus beaux endroits de Toronto », explique-t-elle.

Le travail de cette association consiste donc à encourager toutes les initiatives permettant à ces quartiers oubliés de retrouver leur charme et attrait d’antan et à jeter les bases d’un avenir serein. Depuis quelques années Parkdale-Liberty a pris sous son aile l’organisation du festival « Queen West Art Crawl », un rassemblement culturel pluridisciplinaire qui s’étend de Bathurst à Roncesvalles. Plus de 250 artistes seront présents à l’occasion de la 7ème édition du festival, qui se déroulera du 18 au 20 septembre 2009. Les commerçants seront également de la partie et transformeront leur boutique en lieu de rencontre artistique. Le temps d’une promenade, seul ou en famille, tous les résidents seront invités à se réapproprier leurs espaces, leurs rues, leurs parcs ; bref, à redécouvrir leur quartier dans la bonne humeur et l’euphorie des activités culturelles…

Jeanne reconnait, comme de nombreux Français, avoir été séduite par le multiculturalisme canadien et le respect mutuel ambiant. Le festival « Queen West Art Crawl » semble, par ses couleurs et ses tonalités, illustrer à la perfection ces belles valeurs que le Canada s’attache à préserver…

Dernière modification : 17/01/2012

Haut de page