Avril 2010 : Véronique Pérez [en]

Véronique Perez, Propriétaire de « Crêpes à GoGo »

vperez - JPEG

Si vous passez un jour la porte - toujours ouverte - de « Crêpes à GoGo » sur l’avenue Yorkville, une délicieuse odeur, digne des plus grandes crêperies bretonnes, viendra vous chatouiller les narines, et Véronique Perez, maître des lieux, vous saluera très certainement d’un chaleureux « bonjour ! ». C’est non sans plaisir qu’on retrouve ici l’ambiance typique des bistros parisiens, quelques tables et chaises, des clichés de Robert Doisneau et des objets parsemés dans chaque recoin. Véronique aime dire qu’elle a une anecdote pour chacun d’entre eux : sa mère posant comme mannequin pour une publicité des années 50 ou une photo de sa 2CV, troquée pour se payer la grande aventure nord-américaine. Mystérieusement, Véronique confie, « on ouvre en tant que café-crêperie mais ce n’est qu’une excuse, car c’est bien plus que ça. J’organise aussi des spectacles de rue, une Nuit Blanche cinéma en octobre, et j’ai même créé une association de commerçants du quartier. J’aime que les gens se rencontrent et partagent. »

Son petit café ressemble finalement assez à sa vie, une vie bohème faite de voyages. Un grand-père, marchand de tissus, une mère danseuse de ballet et une famille de saltimbanques dont le nom est associé aux célèbres cirques d’Hiver et Pawel’s. Véronique est née à la croisée des chemins, d’un père marocain et d’une mère belge/hollandaise, à l’Ile de la Réunion, avant d’arriver à Paris où elle choisit tout naturellement la voie artistique en étudiant à l’École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle.

En 1976, c’est le début de la trépidante aventure outre-Atlantique. Elle arrive au Canada par le Québec avec une petite valise et la folle sensation que tout est à construire. Mais très vite, c’est Toronto la cosmopolite qui la tente. Elle intègre rapidement Radio-Canada et CBC où elle travaille comme réalisatrice et productrice pendant quelques années avant de créer son entreprise de communication puis d’écriture. Elle ne cesse pas pour autant de voyager et saisit l’opportunité de partir aux Antilles travailler pour les chambres de commerce de Pointe-à-Pitre et de Fort-de-France, puis à New York comme chargée de relations publiques pour une entreprise privée.

En 2002, les choses s’essoufflent et Véronique se sent à un nouveau tournant de sa vie. Que faire ? Sur l’idée ingénieuse de son frère qui constate que peu de crêperies existent à Toronto, elle fait venir une crêpière de France et s’amuse à expérimenter des recettes en mélangeant les ingrédients et en affinant les saveurs. Le petit local qu’elle loue en bas de chez elle ne désemplit pas… Crêpes à GoGo est née.

Quatre ans plus tard, le bâtiment qu’elle occupe est menacé de démolition et Véronique résignée s’apprête à tourner la page, mais c’est sans compter sur les nombreuses lettres de soutien la suppliant de rester. La "Crêpe Lady" réenfile alors son tablier et se réinstalle huit cent mètres plus loin. Si vous passez un jour par Yorkville, remarquez bien cette échoppe au charme discret, vous y trouverez bien plus que de délicieuses crêpes à déguster…

Pour en savoir plus sur « Crêpes à GoGo »
Site Internet : www.crepesagogo.com
Crêpes à GoGo sur Facebook
Association de Quartier Yorkville à Yonge ( YaY !)

Dernière modification : 15/09/2010

Haut de page