Jimmy Robert expose au Power Plant – 22 juin au 2 septembre [en]

Dans le cadre de Paris-Toronto, l’artiste français Jimmy Robert expose, pour la première fois au Canada et en solo, du samedi 22 juin au lundi 2 septembre 2013, au Power Plant. L’exposition « Jimmy Robert : Draw the Line » aborde la question des limites : de son corps, du support artistique qu’il utilise, de notre compréhension des expositions ainsi que des différentes disciplines que son œuvre recouvre.

Nouvelle performance de Jimmy Robert

Pour « Draw the Line », Jimmy Robert réalisera une nouvelle performance qui s’inspire de « Up to and Including her limits » (1976) de Carole Schneeman, une performance lors de laquelle Carole Schneeman s’était suspendue à une corde au-dessus d’une grande toile et avait marqué, avec des crayons, la surface autour et au-dessous d’elle. Cette œuvre correspond à une période de l’histoire de l’art où les artistes repensaient les distinctions et les limites des supports artistiques, en créant des œuvres ayant comme objectif de détacher le dessin et la peinture du papier ou de la toile. Dans un mouvement similaire, la performance de Jimmy Robert utilisera le dessin et le corps de l’artiste comme matériaux.

L’installation « Reprise »

Outre la performance de Jimmy Robert, l’exposition comprendra également l’installation sculpturale « Reprise » (2010). Cette œuvre fait référence à la photographie de l’artiste canadien Jeff Wall « A Sudden Gust of Wind (after Hokusai) » (1993), qui saisit quatre personnages dans leur réponse physique à un vent violent. La composition de l’œuvre de Wall est une recréation de la gravure « Sunshu Ejiri (Ejiri in Suruga Province) » (1832) de Katsushika Hokusai. La théâtralité dans le mouvement des personnages dans les deux œuvres constitue le point de départ pour « Reprise » qui immortalise, grâce à des photographies de grand format, les mouvements du danseur Shiho Ishihara. Imageant le mouvement à la fois à travers le corps du danseur et dans l’installation des photographies, Jimmy Robert démontre la capacité des objets à devenir performatifs.

PNG

Courtesy Galerie Diana Stigter, Amsterdam

Le mouvement est en permanence évoqué dans « Draw the line » : dans les œuvres que l’on voit, dans la performance corporelle et dans le cadre de l’exposition. De même que les artistes auxquels Jimmy Robert se réfère se réappropriaient les limites du support artistique, « Draw the Line » repense les limites des expositions, défiant les attentes du public en la développant et la modifiant au fil du temps.

Jimmy Robert

Né en 1975 en Guadeloupe, Jimmy Robert a présenté son travail dans le cadre d’expositions monographiques et de festivals tels que Kaaitheater à Bruxelles (2013), MCA à Chicago (2012), CCS Bard à New-York (2011), le MoMA à New-York (2009), la 5e Biennale de Berlin (2008), le Centre Pompidou (2006) ou le Tate Britain à Londres (2004). Il a reçu plusieurs prix internationaux dont notamment le Follow Fluxus-After Fluxus Grant en 2009 et le Andrei and Nicholas Tooth Award en 1999.

Informations pratiques

Dates : samedi 22 juin au lundi 2 septembre 2013
Vernissage : vendredi 21 juin à 20h00
Performance : jeudi 27 juin à 19h00
Lieu : Power Plant - 231 Queens Quay West Toronto
Horaires d’ouverture : mardi et mercredi de 10h à 18h, jeudi, vendredi et samedi de 10h à 20h et dimanche de 10h à 18h.
Entrée gratuite

L’exposition « Jimmy Robert : Draw the Line » est organisée par le Power Plant dans le cadre de Paris-Toronto avec le soutien d’Air France. Coordonné par le Consulat général de France à Toronto avec le soutien de l’Institut français, Paris-Toronto réunit, de mars à décembre 2013, un ensemble exceptionnel de projets, mettant en lumière l’art contemporain français et visant à favoriser le développement de relations entre les deux villes. Les résidences, expositions, colloques, ateliers et discussions d’artistes sont organisés par des institutions culturelles torontoises reconnues : Art Metropole, la Canadian Art Foundation, Elegoa Cultural Productions, la Justina M. Barnicke Gallery, le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario (AGO), The Power Plant, le Ryerson Image Centre, la Ville de Toronto (Scotiabank Nuit blanche) et Vtape.

JPEG JPEG JPEG

Dernière modification : 16/02/2018

Haut de page