7 films français au TIFF 2013 [en]

Evénement incontournable et antichambre de la cérémonie des Oscars, le TIFF (Toronto International Film Festival) se déroulera, cette année, du 5 au 15 septembre prochains. Sept films français figurent pour l’instant parmi la sélection de la 38e édition du Festival international du film de Toronto, la sélection complète sera annoncée début août :

"Violette" de Martin Provost

Dévoilé en avant-première lors du TIFF 2013, le biopic de Martin Provost (Séraphine) retrace certains épisodes de la vie de la romancière Violette Leduc.
Violette Leduc (Emmanuelle Devos), née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir (Sandrine Kimberlain) dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.

"La vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche

Couronné de la Palme d’Or à Cannes cette année, le film d’Abdellatif Kechiche "La vie d’Adèle" est une adaptation de bande dessinée.
À 15 ans, Adèle (Adèle Exarchopoulos) ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma (Léa Seydoux), une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

"Attila Marcel" de Sylvain Chomet

Sylvain Chomet (Les Triplettes de Belleville) présentera en avant-première "Attila Marcel" au TIFF 2013.
Paul a la trentaine, il vit dans un appartement parisien avec ses tantes (Helene Vincent and Bernadette Lafont qui signe ici sa dernière contribution au cinéma français avant son décès le 25 juillet), deux vieilles aristocrates qui l’ont élevé depuis ses deux ans et rêvent de le voir devenir pianiste virtuose. Sa vie se résume à une routine quotidienne, entre le grand piano du salon et le cours de danse de ses tantes où il travaille en tant qu’accompagnateur. Isolé du monde extérieur, Paul a vieilli sans jamais avoir vécu… Jusqu’au jour où il rencontre Madame Proust (Anne Le Ny), sa voisine du quatrième étage. Cette femme excentrique possède la recette d’une tisane aux herbes capable, grâce à la musique, de faire ressurgir les souvenirs les plus profondément enfouis. Avec elle, Paul va découvrir son histoire et trouver la clé pour vivre enfin sa vie…

"Quai d’Orsay" de Bertrand Tavernier

Le film "Quai d’Orsay" de Bertrand Tavernier est tiré de la bande-dessinée Quai d’Orsay tome 1, Chroniques Diplomatiques.

Alexandre Taillard de Vorms (Thierry Lhermitte) est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Le jeune Arthur Vlaminck (Raphaël Personnaz), jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares… Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.

"Il est parti dimanche" de Nicole Garcia

Baptiste (Pierre Rochefort) est un solitaire. Il est instituteur dans le sud de la France. Lors du week-end de la Pentecôte, il hérite malgré lui d’un élève oublié par un père négligent qui s’est trompé de week-end. Sandra (Louise Bourgoin) est une belle femme qui, après pas mal d’aventures, travaille sur une plage près de Montpellier : Mère intermittente et désireuse de se racheter ; elle accueille son fils et Baptiste dans un bungalow près de la plage.

"Le Passé" d’Asghar Farhadi

Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes 2013, Bérénice Béjo interprête dans "Le Passé" d’Asghar Farhadi le rôle d’une mère déchirée.
Après quatre années de séparation, Ahmad (Ali Mosafa) arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie (Bérénice Béjo), son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Depuis, elle a refait sa vie avec Samir (Tahar Rahim). Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d’Ahmad pour tenter d’améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé.

"Jeune et Jolie" de François Ozon

En compétition au Festival de Cannes 2013, "Jeune et Jolie" filme sur quatre saisons et avec moult ellipses, l’itinéraire d’Isabelle (Marine Vacth), 17 ans, une jeune fille de la bourgeoisie éclairée parisienne qui vit a priori en parfaite harmonie avec maman, beau-papa, petit frère et ses aimables camarades du Lycée Henri IV. L’été, sous le soleil exactement, Isabelle rencontre un garçon de son âge et, avec lui, perd sa virginité, sans plaisir. Dès l’automne, Isabelle se trouve un second prénom et une seconde identité. Elle s’appelle dès lors Léa et, profitant de sa très aimable plastique, exerce comme prostituée dans les hôtels parisiens où elle donne rendez-vous à des clients fortunés, recrutés sur le net.

Dernière modification : 06/08/2013

Haut de page