Exposition de Bouchra Khalili – 3 sept au 27 oct 2013 [en]

Bouchra Kahlili, Speeches : Malcolm X, 2012, 6’30. Video still from "Speeches - Chapter 1", video installation, 5 single channels. 2012. Courtesy of the artist and Galerie Polaris

Dans le cadre de Paris-Toronto, la Justina M. Barnicke Gallery accueille, du 3 septembre au 27 octobre, la première exposition solo au Canada de l’artiste franco-marocaine Bouchra Khalili. Composée de deux installations vidéo majeures, l’exposition « Bouchra Khalili : ‘The Opposite of the Voice-Over’ » invite le public à s’interroger sur l’expérience de la migration.

The Mapping Journey Project (2008-2011)

Entre 2008 et 2011, Bouchra Khalili s’est consacrée à la réalisation de The Mapping Journey Project, une œuvre composée de huit vidéos, les Mapping Journey, et de huit sérigraphies, The Constellations. Ces vidéos et sérigraphies visent à « cartographier », dans l’aire méditerranéenne, les voyages effectués par les migrants clandestins.

Chaque vidéo du dispositif Mapping Journey se base sur l’histoire de l’exil d’un émigrant. Pendant que le réfugié raconte son périple, la caméra filme, en un plan fixe, la main du narrateur en train de tracer le trajet qu’il a suivi sur une carte géographique.

Dans Mapping Journey #6 (2010), un jeune homme, parti d’Afghanistan, nous fait revivre son voyage qui l’a mené à passer par le Pakistan, l’Iran, la Turquie, la Bulgarie, la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre et la France pour finalement rejoindre l’Italie où il est désormais installé.

En faisant le récit de leur voyage et en le dessinant, ces migrants confrontent leur parcours singulier à la normativité des cartes, révélant ainsi une autre cartographie, souterraine et invisible, qu’esquissent les trajectoires migratoires contemporaines.

Speeches—Chapter 1 : Mother Tongue (2012)

Speeches—Chapter 1 : Mother Tongue (2012) fait partie de la trilogie The Speeches Series (2012-2013) qui aborde la question de l’articulation entre les langues, les nationalités et la classe ouvrière. Pour ce premier chapitre composé de 5 vidéos, Bouchra Khalili a invité des individus à traduire dans leur langue maternelle (la plupart du temps des dialectes qui ne s’écrivent pas) puis à lire à haute voix, des fragments de textes majeurs de la pensée politique et culturelle moderne et contemporaine, écrits, entre autres, par Malcom X, Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi et Mahmoud Darwish… Au travers de la traduction et de l’oralité, ce processus de déplacement et de « créolisation » tente un double mouvement de réincarnation par la parole de ceux dont les corps, les langues, et les mots demeurent invisibles.

Biographie de Bouchra Khalili

Née en 1975 à Casablanca, Bouchra Khalili est une artiste franco-marocaine qui vit et travaille à Berlin. Elle a étudié le cinéma à la Sorbonne et est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy. Depuis 2002, son travail a été exposé dans de nombreuses institutions en France et à l’étranger. Récemment, l’artiste a exposé à la 55e Biennale de Venise (2013) et a reçu le prix Abraaj Group Art qui récompense des artistes de la région de Dubai (Moyen Orient, Afrique du Nord et Asie du Sud) sur la base d’un projet d’œuvres nouvelles.

Informations utiles

Dates : du 3 septembre au 27 octobre 2013

Lieu : Justina M. Barnicke Gallery – 7 Hart House Circle, Toronto ON M5S 3H3

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de midi à 17h00 et le samedi de 13h00 à 17h00

Entrée libre

Dernière modification : 16/02/2018

Haut de page